Une expertise pour tous les secteurs

Réussir le management des équipes distribuées

Comment réussir le management des équipes distribuées? Comme l’apparente continuité des eaux d’un fleuve, la vie des entreprises, des équipes et des individus n’est pas une succession d’états mais une dynamique d’évolution. Pour un manager, comprendre qu’il faut toujours se réinventer dans sa façon de gérer des équipe est fondamental.

Qu’il s’agisse d’équipes internes ou dédiées, le défi majeur auquel vous ferez face est d’emmener vos collaborateurs à une meilleure productivité dans un environnement d’interactions réussies.

Comprendre le management des équipes dédiées, non intégrée

Confiance, inventivité et souplesse, tout le monde s’accorde à dire que les entreprises doivent se réinventer pour se différencier. Dans de nombreux cas, quand on parle d’innovation, on laisse de côté le management des hommes pour se recentrer sur la stratégie, l’offre et l’organisation. C’est à tort de penser que la manière dont on anime et motive les Hommes n’a pas d’influence sur la croissance de votre entreprise. Il est donc fondamental de comprendre le management des équipes dédiées, non intégrée. Que faut-il construire dans votre approche managériale d’une équipe à distance ?

La sélection d’une équipe est une étape très délicate et qu’il faut accorder beaucoup d’attention. Une fois que vous avez votre équipe de personnes passionnés dans leur domaine avec une envie de découvrir et d’apprendre de nouvelles choses, confiez-leur les missions dont vous êtes sûr qu’ils sauront  exécuter

Construire une relation de confiance avec le manager hiérarchique 

Rappelons d’abord les deux défauts motivationnels classiques à éviter lorsque vous gérez une équipe dédiée.  Le premier consiste à valoriser sans responsabiliser par la suite. Dans de telles situations le manager tranquillise, intègre et valorise mais s’arrête là : il est alors perçu comme peu crédible. Tant qu’il s’agit de faire des compliments, il est présent, mais il refuse d’en tirer les conséquences, démentant ses paroles par ses actes.

La seconde erreur à ne pas commettre est celle de responsabiliser sans valoriser. Là, le manager tranquillise et rassemble mais n’exprime pas bien sa reconnaissance positive et sa satisfaction de son entourage. Celui-ci peut sembler très peu confiant dans ses propres capacités.

Or s’il décide un jour de responsabiliser ses collaborateurs il les découvre soudainement comme trop dépendants de lui. Un peu comme ce père qui décide que son fils majeur doit désormais se prendre en charge, alors que pendant toutes les années précédentes il ne l’a pas encouragé dans ses timides tentatives d’émancipation. Cela risque d’entraîner un effondrement ou, à tout le moins, angoisse et échec chez celui que l’on veut considérer sans transition comme un individu autonome et responsable.

Alors pour parler du rapport à votre équipe, sachez mener votre équipe sous l’inspiration de la théorie des cinq croisades. Le manager d’une équipe dédiée doit avoir à l’esprit les défis auxquels est confrontée son organisation afin de les transmettre efficacement aux collaborateurs distants. Les principaux challenges des entreprises canadiennes aujourd’hui sont : la qualité, le service, la réduction des coûts, la vitesse et le développement des compétences.

Créer un sentiment d’appartenance « hors-silos » pour l’équipe dédiée

De la simple fierté du travail accompli d’autrefois à l’impératif de productivité, puis l’exhortation à l’excellence et maintenant l’urgence d’être encore plus compétitif, l’exigence ne fait que monter. Comme dans un sport de hockey sur glace, ce ne sont pas les efforts qui comptent, c’est le résultat. Dans les mentalités et les discours, la performance règne en maître incontesté. Petites ou grandes, toutes les entreprises sont concernées. C’est donc au manager de créer ce sentiment et cette conscience.

Pour le manager, cela signifie rechercher l’excellence dans tous les domaines, aussi bien produits que relations ; viser haut et donner chaque jour le meilleur de lui-même, dans son domaine de compétence comme dans l’animation de ses équipes. Sans oublier cette vérité : plus les objectifs sont ambitieux, plus l’exemplarité du manager pèse dans la balance. Toutefois exiger beaucoup ne se justifie que si l’on donne l’exemple.

Aussi, le manager doit intégrer dans sa philosophie managériale l’idée que les résultats s’obtiennent autant par la qualité des produits ou services et leur commercialisation que par la qualité des relations. Vos collaborateurs vous décerneraient-ils le prix de la qualité pour vos comportements dans l’entreprise et plus particulièrement votre attitude à leur égard ? La réponse vous appartient et elle vous aidera à vous remettre en question ou à être fier de votre travail.

Se donner avec détermination à l’objectif d’améliorer les produits et les services, afin de devenir compétitif, rester présent sur le marché passe par l’adoption de ces conseils.

  • Adopter cette nouvelle philosophie de prise en compte, transmission des défis et conduisez le changement.
  • Modifier les alternatives des contrôles pour avoir la qualité par un management axé sur les résultats dont la qualité sera un élément intégré
  • Améliorer constamment le système de production et de service intégrant le triangle coût, qualité et temps.
  • Instituer et encourager la formation professionnelle dans l’entreprise.
adminRéussir le management des équipes distribuées